L’amitié possède-t-elle une vertu thérapeutique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’amitié possède-t-elle une vertu thérapeutique ?

Message  MARIELEA le Mer 7 Avr - 18:31

Publié le 01/04/2010
Selon Épicure, il n’est guère de vrai bonheur sans amitié : « Parmi les choses dont la sagesse se munit en vue de la félicité de la vie tout entière, de beaucoup la plus importante est la possession de l’amitié ». Mais du point de vue psychiatrique, est-il concevable que l’amitié puisse avoir une fonction d’adjuvant thérapeutique ? Sans doute, puisque l’on constate que les taux élevés de détresse émotionnelle dans la population et les symptômes dépressifs peuvent refléter des difficultés existentielles et des circonstances de vie difficiles. Et que, face à ce problème de société, il faudrait pouvoir disposer de certains types d’interventions non médicales, et réalisables à faible coût. Or le soutien amical constitue l’une de ces interventions couramment proposées par le secteur bénévole.

Basée sur une méta-analyse des essais randomisés et des interventions axées sur le soutien affectif aux personnes, une étude britannique évalue l’efficacité de cette relation amicale sur la symptomatologie dépressive et anxieuse. Comparativement au traitement habituel, ce type d’intervention amicale présente un effet d’étayage « modeste mais significatif » sur les symptômes dépressifs, à court terme (dans neuf études) comme à long terme (dans cinq études). Certes, des travaux complémentaires demeurent encore nécessaires pour « comprendre les mécanismes par lesquels l’amitié agit » (impliquant probablement certaines réponses d’adaptation au stress), les populations pour lesquelles son efficacité est maximale, et les méthodes optimales pour la prodiguer. Mais cette recherche originale suscite déjà une réflexion sur la formule de Tahar Ben Jelloun, dans son Éloge de l’amitié : « L’amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement, elle permet d’en partager le poids, et ouvre les portes de l’apaisement ».
Dr Alain Cohen

Mead N et coll. : Effects of befriending on depressive symptoms and distress : systematic review and meta-analysis. Br J of Psychiatry, 2010; 196: 96-101.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum