Les enfants exposés au tabac in utero seraient moins performants pour la lecture !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les enfants exposés au tabac in utero seraient moins performants pour la lecture !

Message  MARIELEA le Dim 2 Juin - 19:35

Vu dans JIM:
De nombreuses études ont été consacrées aux effets du tabac pendant la grossesse sur les fonctions cognitives et le comportement des enfants. Celles portant sur les capacités de lecture -définies par -1,5 DS au dessous de la moyenne- sont particulièrement difficiles à réaliser compte tenu des nombreux facteurs qui interfèrent. Des études prospectives avec des effectifs nombreux sont donc nécessaires pour avoir une puissance statistique suffisante permettant de pondérer ces facteurs de confusion et isoler le rôle du tabac.

Ces écueils paraissent avoir été surmontés par une étude menée à Bristol à partir d‘une cohorte initiale de 14 663 enfants nés en 1991-92. Parmi ceux-ci, 6 823 ont eu des tests de lecture à 7 et 9 ans et de surcroît des tests de compréhension du langage à 25 mois pour tenir compte de ce paramètre capital pour l’apprentissage de la lecture. Sur ces 6 823 enfants, 1704 ont été exclus en raison d’un QI insuffisant (< 75), de l’absence de recueil prospectif des données de 8 à 42 semaines de grossesse et 8 semaines après l’accouchement, ou en raison d’une gémellarité. Au final, l’échantillon comportait 5 119 enfants. Le degré d’exposition au tabac a été classé en 3 groupes : aucun, exposition faible (≤ 17 mg/jour) et > 17 mg, soit un paquet de cigarettes de concentration moyenne en nicotine. Les facteurs de co-morbidité ont été classés en 2 groupes. Les premiers étaient indépendants de la période d’exposition à la nicotine comme l’âge de la mère, le statut marital, le niveau d’étude et autres ; les seconds étaient concomitants ou post-natals comme l’Apgar, l’âge gestationnel, le poids de naissance, l’alcoolisation et les troubles psychiatriques de la mère.

Parmi les mères, 86 % exerçaient un métier non manuel. La proportion de celles avec un métier manuel était plus élevée chez les grandes fumeuses (37,5 %) et les moyennes (23,9 %) que chez les non fumeuses (11,9 %) ; davantage de femmes non fumeuses étaient mariées ; 95 % des enfants étaient nés à terme.
Les enfants soumis in utero au tabac avaient les moyennes les plus basses aux tests de lecture, avec une corrélation négative la plus forte entre le groupe le plus exposé et le groupe sans tabac. L’analyse détaillée de l’association entre la seule consommation de tabac et 7 paramètres de lecture montrait une corrélation très importante (P<0,0001) pour la vitesse de lecture, l’identification d’un mot, l’orthographe, la précision, la compréhension, la lecture d’un mot réel, moins importante (P=0,02) pour la lecture de lettres sans signification (LLSS). Après analyse tenant compte des facteurs de confusion des 2 groupes, l’association négative (P=0,006) persistait pour 6 paramètres sauf pour la LLSS. La combinaison de scores phonologiques bas à 25 mois et d’un tabagisme élevé abaissait particulièrement la lecture de mots isolés.
En conclusion, ce travail suggère l’influence du tabac pendant la grossesse sur les performances de lecture des enfants.

Pr Jean-Jacques Baudon

Cho K et coll. : Prenatal exposure to nicotine and impaired reading performance. J Pediatr 2013; 162: 713-8

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum