Trop de vitamine D pourrait nuire à la santé

Aller en bas

Trop de vitamine D pourrait nuire à la santé

Message  MARIELEA le Dim 3 Juin - 16:34

D'où l'interêt de doser et de ne pas supplémenter "à la sauvage" ..les compléments alimentaires sont à manier avec subtilité sunny je suis plus en accord avec une alimentation bien équilibrée avec des poissons gras car avec les suppléments, nous ne savons pas doser...avec l'alimentation ,pas d'excès.. ..c'est ainsi que je m'offre ma petite compotée de sardines chaque semaine (une boite de sardines bio mixée avec des algues et des olives! un régal avec du pain aux céréales! mes invités en redemandent Wink

Si l'on connait les effets néfastes d'un manque de vitamine D, une étude danoise révèle également des effets négatifs pour les personnes qui en ont trop.

La vitamine D est prescrite pour palier au manque de soleil et -notamment- éviter la perte de densité osseuse chez les personnes d'un certain âge. Un traitement qui est aujourd'hui très répandu. Combler ce déficit est d'autant plus facile qu'il est aussi peu onéreux que peu contraignant. Mais attention, soulignent des chercheurs de l'université de Copenhague: il faut éviter de tomber dans l'extrême inverse et dépasser les doses. Le bienfait deviendrait alors un problème.

«Nous avons eu accès à des tests sanguins de près de 250 000 habitants de Copenhague» explique Darshana Durup, une des jeunes scientifiques ayant travaillé sur l'étude «et si nous avons trouvé un taux plus élevé de mortalité chez les personnes ayant un faible niveau de vitamine D nous avons aussi - à notre grande surprise - observé un taux plus élevé de mortalité chez celles ayant un haut niveau de vitamine D». Même si les effets sont pires en cas de carence qu'en cas de trop plein, l'augmentation de la mortalité n'en est pas moins réelle.

75% de Français en dessous du seuil

Pour les scientifiques dont l'étude a été publiée dans la revue Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism , ces résultats remettent en cause une idée reçue, il ne sera plus possible de dire: «on ne prend jamais trop de vitamine D». En revanche tout un champ d'investigation s'ouvre désormais pour savoir à partir de quelle quantité l'avantage qu'est la vitamine D se transforme en inconvénient. «il est très important de poursuivre les recherches» explique la chercheuse et notamment de croiser ces informations avec d'autres telles que les cas de cancer. La carence en vitamine D reste néanmoins la situation la plus courante. «Après une révision des normes qui sont devenues plus trictes, on considère qu'environ 75% des Français sont en-dessous du seuil recommandé» commente Laurent Chevalier, médecin nutritionniste (CHU Montpellier). «Cela s'explique notamment par le fait que les générations précédentes vivaient beaucoup dehors», poursuit le médecin. Ils étaient ainsi exposés de façon plus ou moins quotidienne au soleil qui permet la fabrication de la vitamine D dans le corps.

Une chose est sûre, il n'est pas possible de combler des carences par le biais de l'alimentation comme pour les omega 3 ou la vitamine C. Il faut en prendre spécifiquement. «Mais attention à la supplémentation sauvage» prévient à son tour le médecin.
source
[



La vitamine D est synthétisée par la peau et est présente dans les aliments.

1. Qu’est-ce que c’est ? 2. A quoi sert-elle ? 3. Absorption et métabolisme 4. Besoins et sources d'apport 5. Carences et surdosage

Les besoins sont difficiles à évaluer car ils varient avec le degré d'exposition au soleil et le degré de pigmentation de la peau. Ils sont théoriquement nuls si l'exposition du corps au soleil est suffisante. Un apport en vitamine D est nécessaire dans les pays où l'ensoleillement est faible ou en hiver. Par exemple, en France, l’ensoleillement entre les mois de novembre et mars n’est pas suffisant pour permettre la synthèse de la vitamine D. Il est donc important d’avoir une alimentation qui en apporte suffisamment.

Les apports journaliers recommandés (AJR) en vitamine D pour les adultes, sont de 5 µg.

Deux tiers de la vitamine D sont synthétisés par la peau sous l'effet de l'exposition au soleil et plus précisément des UVB.

On considère qu'avec un minimum d'exposition (15 à 30 minutes par jour). Il s’agit du cholécalciférol ou de la vitamine D3. Le tiers restant est fourni par l’alimentation, essentiellement par les huiles de poissons, les poissons (hareng, saumon, thon, sardines), le beurre, les céréales, les œufs et les foies d'animaux. Il s’agit de la vitamine D3 choléclaciférol d’origine animale et de la vitamine D2 ergocalciférol d’origine végétale.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum