Les nitrates, impliqués dans le cancer de la thyroïde ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les nitrates, impliqués dans le cancer de la thyroïde ?

Message  MARIELEA le Ven 7 Mai - 12:51

Publié le 30/04/2010
Alors que nombre de travaux publiés jusque-là sur les effets de la contamination par les nitrates de l’eau de boisson et de l’alimentation intéressaient le risque de cancers digestifs, en particulier gastriques, des auteurs américains, du National Cancer Institute, des universités de l’Iowa et du Minnesota, de la Mayo Clinic, attirent l’attention, et c’est nouveau, sur la relation entre exposition aux nitrates (inhibiteurs du symporteur sodium/iodure) et risque de cancer de la thyroïde.

L’évaluation a porté sur une cohorte de 21 977 femmes, enrôlées en 1986 dans l’Iowa Women’s Health Study, vaste étude en population générale, visant à préciser les liens entre facteurs liés aux expositions et au mode de vie, dont l’alimentation, et incidence du cancer.

Chez ces femmes, âgées de 55 à 69 ans à l’inclusion, et ayant utilisé le même système d’approvisionnement en eau plus de 10 années durant, le lien au cancer thyroïdien incident a été déterminé jusqu’en 2004.

Les apports en nitrates provenant des systèmes publics d’alimentation en eau ont été estimés en s’appuyant sur les mesures de nitrates de la base de données de l’Iowa, pour la période 1955-1988, les dosages ayant tous été effectués par l’Iowa Hygienic Laboratory, ainsi que sur des questionnaires détaillant la provenance de l’eau consommée (au robinet, embouteillée, au puits), les quantités et la durée de consommation.

Les apports de nitrates liés à l’alimentation ont été estimés à partir de questionnaires, dont un semi-quantitatif, à 126 items adapté de la Nurses Heath Study et, pour des aliments spécifiques, à partir des données de la Harvard Nutrient Database, pondérées par la fréquence de consommation des aliments par la population des États-Unis.

Nombre d’ajustements ont été effectués, notamment sur l’âge, les apports caloriques totaux, l’indice de masse corporelle, le lieu de résidence, le niveau d’éducation, le statut tabagique, les apports en vitamine C.

Au cours des 19 années de suivi, 45 femmes ont eu un cancer de la thyroïde, de type papillaire dans 80 % des cas, folliculaire dans 18 % des cas ; 3 151 cas d’hypothyroïdie et 1 009 d’hyperthyroïdie ont été rapportés

L’eau de boisson
L’analyse n’associe aux prévalences rapportées de l’hypothyroïdie et de l’hyperthyroïdie, ni les concentrations moyennes de nitrates dans les systèmes publics de distribution d’eau ni la durée croissante d’exposition à des niveaux de nitrate azote (nitrate-N) de 5 mg/l ou plus.

En revanche, elle révèle un risque accru de cancer de la thyroïde incident :

- pour des niveaux plus élevés en moyenne de nitrates dans les systèmes publics d’alimentation en eau (risque relatif, RR = 2,18 ; intervalle de confiance à 95 % IC à 95 : 0,83-5,76 ; p = 0,02 pour des concentrations en nitrate-N dépassant 2,46 mg/l)

- et pour des durées plus longues de consommation d’eau dont les concentrations de nitrate-N atteignaient ou dépassaient 5 mg/l (RR = 2,59 ; IC 95 : 1,09-6,19 ; p = 0,040 pour des concentrations de nitrate-N supérieures à 5 mg/l pendant 5 années et plus).

L’alimentation
L’augmentation des apports en nitrates de provenance alimentaire a été associée à un accroissement de la prévalence de l’hypothyroïdie et du risque de cancer incident de la thyroïde.

En comparaison des femmes ayant les apports alimentaires en nitrates les plus faibles, la prévalence de l’hypothyroïdie rapportée était accrue de 24 %, significativement, chez celles ayant les apports en nitrates via l’alimentation les plus forts, sans association significative notée avec l’hyperthyroïdie.

Au quartile le plus élevé d’apports en nitrates alimentaires était associée une augmentation du risque de cancer de la thyroïde, avec un risque relatif de 2,85 (1,00-8,11 ; p = 0,046).

Cette étude, conduite au États-Unis [où le niveau maximal de contamination de l’eau publique, selon la réglementation, est de 10 mg/l pour le nitrate azote (environ 45 mg/l pour les nitrates)], au sein d’une cohorte prospective, suggère un rôle possible des nitrates provenant de l’eau de boisson et des aliments dans le risque de survenue du cancer de la thyroïde. Mais elle porte sur un petit nombre de cas et n’a pas évalué l’effet d’autres contaminants potentiels, perchlorate (inhibiteur de la captation de l’iode) et pesticides notamment. Les résultats de ce travail, le premier selon les auteurs à avoir évalué les apports en nitrates en relation au cancer incident de la thyroïde, appellent confirmation.

Dr Claudine Goldgewicht
Ward MH et coll. : Nitrate intake and the risk of thyroid cancer and thyroid disease. Epidemiology 2010 ; 21 : 389-95.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum