Un cancer guéri par une injection de virus modifiés de la rougeole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un cancer guéri par une injection de virus modifiés de la rougeole

Message  ALINEA le Ven 16 Mai - 18:51

La dose massive reçue par la patiente a permis d'entraîner une rémission complète, sans trace de cancer, depuis plus de six mois.
Une femme de 49 ans a pour la première fois été guérie d'un cancer de la moelle osseuse après l'injection d'une dose massive de virus modifiés de la rougeole, ont annoncé cette semaine des chercheurs américains. Ce traitement n'a pas eu le même succès avec une deuxième patiente, dont le cancer a néanmoins été affaibli par cette virothérapie, ont-ils précisé. "Il s'agit de la première étude clinique à montrer la faisabilité d'une virothérapie contre des cancers ayant fait des métastases", a souligné le Dr Stephen Russell, un hématologue de la Mayo Clinic dans le Minnesota (nord), principal codéveloppeur de cette thérapie anticancéreuse avec des virus. Il est le principal auteur de cette recherche publiée dans la revue Mayo Clinic Proceedings.

Dose équivalente à la vaccination de 10 millions de patients

"Ces patientes ne répondaient plus aux autres thérapies et avaient connu plusieurs rechutes de leur cancer", ajoute le principal auteur de cette recherche publiée dans la revue Mayo Clinic Proceedings. Les deux malades ont reçu chacune une seule dose de ce vaccin contenant des virus génétiquement modifiés de la rougeole capable de cibler les cellules cancéreuses. La dose qu'elles ont chacune reçue aurait pu être utilisée pour vacciner 10 millions de personnes. Les deux patientes ont réagi positivement à ce traitement avec une réduction des cellules cancéreuses. Une des deux connaît une rémission complète sans trace de cancer depuis plus de six mois.

Ces personnes sont atteintes d'un myélome multiple, un cancer des cellules du plasma dans la moelle osseuse qui provoque des tumeurs osseuses et des tissus mous. Ce cancer répond habituellement à des traitements stimulant le système immunitaire, mais finit souvent par les vaincre et est rarement guéri. La virologie anticancer, recourant à des agents pathogènes modifiés pour attaquer les cellules cancéreuses, remonte aux années 1950. Des milliers de malades ont été traités avec cette technique qui utilise de nombreuses familles de virus, dont ceux de l'herpès ou du rhume. Mais il s'agit ici de la première étude bien documentée sur la rémission complète d'une malade atteinte d'un cancer invasif après l'injection d'une seule dose de virus.
source
avatar
ALINEA


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cancer guéri par une injection de virus modifiés de la rougeole

Message  MARIELEA le Ven 16 Mai - 19:05

quel espoir;-) je viens de lire cela sur Sciences et avenir .
"Il s'agit de la première étude clinique à montrer la faisabilité d'une virothérapie contre des cancers ayant fait des métastases", s'est félicité Stephen Russell, hématologue de la Mayo Clinic aux États-Unis, à l'origine de cette thérapie anticancéreuse avec des virus. "Ces patientes ne répondaient plus aux autres thérapies et avaient connu plusieurs rechutes de leur cancer", a-t-il ajouté. Les travaux de son équipe viennent d'être publiés dans la revue Mayo Clinic Proceedings.
RÉACTIONS. Les résultats de l'équipe de Stephen Russell "méritent-ils" un tel engouement médiatique ? Réponse avec 3 spécialistes : Olivier Lantz, spécialiste de l'immunologie à l'Institut Curie, Frédéric Tangy, responsable du Laboratoire de génomique virale à l'Institut Pasteur et Jean-François Fonteneau, chargé de recherche à l'Institut de Recherche en Santé de l'Université de Nantes.

LIRE: Une patiente guérit du cancer grâce à un virus de la rougeole
Des résultats très encourageants

ANNÉES 70. L'idée d'utiliser le virus de la rougeole contre les cancers peut paraître surprenante, mais n'est pourtant pas nouvelle. "Depuis les années 1970, on observe des personnes atteintes de leucémie et guéries spontanément en contractant la rougeole, explique Jean-François Fonteneau. Mais il aura fallu attendre 40 ans pour que les avancées en termes d'imagerie et de génie moléculaire nous permettent de mettre à profit ces observations."


ENCOURAGEANTS. Concernant les résultats de l'équipe de Stephen Russell, les experts sont unanimes : ils constituent une véritable "avancée" et sont "très encourageants" pour la suite. "Même si l'approche utilisée par les chercheurs, la virothérapie, n'est pas nouvelle pour traiter le cancer, elle n'avait jamais permis jusqu'à présent une rémission totale d'un cancer, même à court terme", notent Olivier Lantz et Frédéric Tangy.

"Cette étude est la preuve qu'il est possible de soigner des patients avec des virus qui attaquent les tumeurs, se réjouit Jean-François Fonteneau. Ces virus, dits "oncolytiques", ont l'avantage de n'infecter que les cellules tumorales, et non les cellules saines, simplement car ils se lient aux récepteurs CD46 que seuls possèdent les cellules tumorales. "Mieux, le virus provoque une réaction du système immunitaire, qui s'attaquera lui-même aux cellules tumorales que n'auront pas infecté les virus", précise Jean-François Fonteneau.


En phase avancée, le cancer de la mœlle osseuse provoque de nombreuses tumeurs dans tout le corps (on parle de métastases). Sur l'image ci-dessus, les cellules cancéreuses au niveau cérébral (image du haut - partie boursouflée en vert clair) ont disparu après le traitement, chez la patiente guérie. Source : Mayo Clinic Proceedings

Il n'est pour l'instant pas possible de savoir si beaucoup de patients pourront guérir du cancer grâce à cette thérapie - Frédéric Tangy

LIMITES. Malgré cet enthousiasme, les chercheurs soulignent plusieurs limites à cette étude. Ils insistent sur le fait qu'une seule patiente seulement ait eu une rémission totale de son cancer. "Il n'est pour l'instant pas possible de savoir si beaucoup de patients pourront guérir du cancer grâce à cette thérapie", affirme Frédéric Tangy. "Et il ne faut pas avoir été vacciné récemment de la rougeole pour que celle-ci fonctionne, les injections ne pouvant pas être multiples", souligne Olivier Lantz.

"Il faudra attendre 5 ans pour savoir si le cancer de la patiente est bien en rémission, et non seulement 6 mois", ajoute Jean-François Fonteneau. Selon lui, il est d'ailleurs possible que les essais cliniques de l'équipe de Stephen Russell (en phase I) incluent d'ores et déjà plus de deux patients.

AUTRES CANCERS. L'équipe de Stephen Russell teste actuellement sa méthode sur d'autres cancers, "comme les cancers de la tête et du cou et le cancer de l'ovaire", précise Jean-François Fonteneau.

CHIMIOTHÉRAPIE. "La chimiothérapie est souvent perçue par les médecins comme le seul traitement valable contre le cancer. Or elle est inefficace contre les cancers les plus graves et peut provoquer des décès", explique Frédéric Tangy. "Il est temps de changer de paradigme", ajoute t-il. Selon lui, même si les essais cliniques de l'équipe de Stephen Russell ne permettent par exemple qu'à 15% des patients une rémission de leur cancer, ce traitement "ne pourra pas leur faire du mal". En effet, le vaccin contre la rougeole est inoffensif, même à ces doses-là.
[/color]

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum