Quand pourra-t-on traiter un cancer au carbone en France ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand pourra-t-on traiter un cancer au carbone en France ?

Message  BETTY le Mer 13 Nov - 17:00

La construction du premier centre français d'hadronthérapie pourrait débuter dans un an pour être opérationnel d'ici à 2018-2019.
IL y a déjà de nombreuses années que les radiothérapeutes ont dans l'idée que l'hadronthérapie carbone pourrait leur permettre de faire avancer la prise en charge des cancers. Il y a encore une dizaine d'années, le principal frein était la technologie elle-même: il a fallu du temps pour que les machines «se vulgarisent» tout en y gagnant en fiabilité. «Mais depuis trois ou quatre ans, il se construit des machines de façon standardisée, assure le Pr Jacques Balosso, chef du service de radiothérapie du CHU de Grenoble et directeur du Groupement de coopération sanitaire Étoile. En octobre 2010, le ministère de la Santé nous a ainsi demandé de travailler sur un préprojet de création du centre baptisé “Centre Étoile” à Lyon, qui serait le premier et unique centre de carbonethérapie en France ouvert aux traitements de routine. Toutes les conditions souhaitées par ce ministère ont été remplies: nous avons notamment commencé à envoyer et suivre des patients susceptibles de bénéficier de cette thérapie à l'étranger (en Allemagne) dans le cadre de la recherche clinique. Nous avons aussi lancé un appel d'offres pour qu'un groupement d'industriels s'intéresse au projet et le rende réalisable, ce qui est désormais le cas. Nous attendons donc qu'un bilan soit tiré de nos travaux et qu'une décision soit prise par l'État concernant le futur Centre Étoile à Lyon.»

Cliniciens et industriels n'ont pas été les seuls à se pencher sur la question. «Les nombreuses réunions entre physiciens et radiothérapeutes ont abouti à la production d'un master de physique médicale à Lyon et Grenoble, afin d'assurer une formation de qualité dans cette discipline et favoriser la mise en place de travaux de thèses de science, par exemple pour le développement de nouvelles méthodes d'imagerie permettant de mieux suivre le traitement pendant sa réalisation», précise Jean-Yves Giraud, responsable de l'équipe de physique médicale du CHU de Grenoble. Plus d'une vingtaine d'équipes françaises participent déjà aux efforts de recherche concernant l'optimisation technologique.

Si le feu vert du ministère de la Santé était donné, la construction du centre pourrait débuter dans un an (son terrain étant déjà acquis) et il serait opérationnel d'ici 2018-2019. «Cela peut paraître long, mais il faut bien comprendre qu'un accélérateur de particules (qu'il s'agisse d'ions carbone comme ici ou d'autres particules) est volumineux! Dans le cas présent, il s'agit d'un très grand instrument électromagnétique occupant une surface d'environ 1 000 m². Pour autant, la technicité n'est pas un frein. Nos industriels français ont un réel savoir-faire dans ce domaine», note Jean-Yves Giraud. En effet, notre pays est déjà à la pointe pour ses centres de protonthérapie, une technique assez proche et utilisée pour traiter des cancers de la base du crâne, de la colonne vertébrale ou de l'œil. «Comme à dose physique délivrée équivalente, l'effet biologique de la carbonethérapie est environ deux fois plus intense que celui obtenu en protonthérapie, on comprend bien son intérêt et sa complémentarité», insiste le Pr Jean Léon Lagrange, du service de radiothérapie de l'hôpital Henri-Mondor, à Créteil.
Un avis partagé par le Pr Balosso, pour qui «outre l'intérêt médical indéniable de l'hadronthérapie, la France pourrait donc se saisir de cette technologie médicale capable de sauver des vies et génératrice d'emplois».
Et il faut faire relativement vite. Car dans cette grande course aux technologies, le Japon, l'Allemagne, l'Italie et l'Autriche n'attendent pas que notre pays se décide. Ils avancent…
source
avatar
BETTY


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand pourra-t-on traiter un cancer au carbone en France ?

Message  MARIELEA le Mer 13 Nov - 17:09

merci Betty pour ce lien
" />
Une technique novatrice qui permet de guérir certains cancers qui tuent encore. Cette technique, mieux connue des Japonais connaît un essor important: l'hadronthérapie aux ions carbone, encore appelée carbonethérapie.

«L'hadronthérapie consiste à envoyer un faisceau d'ions carbone au niveau d'une tumeur. Ces ions, une fois arrivés dans les cellules tumorales, créent des lésions plus graves qu'avec les autres traitements au niveau de son matériel génétique. Comme leur action est intense et le faisceau, défini avec exactitude, les cellules tumorales peuvent être très précisément visées. Elles ne meurent pas immédiatement, mais elles ne sont plus capables de se multiplier et perdent leur immortalité. Dans un laps de temps variable selon le type de cancer, la tumeur finit donc par disparaître et l'on peut parler de véritable guérison», explique Jean-Yves Giraud, docteur en physique médicale, responsable de l'équipe de physique médicale du CHU de Grenoble.

Et c'est bien ce double effet - précision physique et pouvoir biologique destructeur renforcé des cellules visées - qui fait l'intérêt de la carbonethérapie, tout spécialement pour des tumeurs radiorésistantes. «On parle de tumeurs radiorésistantes lorsqu'elles ne sont pas stérilisées avec la radiothérapie classique, du moins aux doses administrées. En effet, pour être efficace, il faudrait recourir à des doses de rayons insupportables pour l'organisme. Dans ce type de situation, la carbonethérapie peut offrir une alternative intéressante», remarque le Pr Jean-Léon Lagrange, du service de radiothérapie de l'hôpital Henri-Mondor, à Créteil.

Le Pr Jacques Balosso, chef du service de radiothérapie du CHU de Grenoble et directeur du Groupement de coopération sanitaire Étoile, qui œuvre pour la naissance du premier centre français d'hadronthérapie, rappelle que «cette technique permet d'obtenir 25 % de guérisons de plus que les thérapies conventionnelles dans certains cancers bien spécifiques (essentiellement des cancers de la tête et du cou, des tissus mous et du squelette). Il s'agit donc bien d'une réelle avancée médicale et d'ailleurs, en cancérologie, les médicaments et autres thérapies améliorant le taux de guérison de 25 % par rapport à la thérapie de référence se comptent sur les doigts d'une main»
L'hadronthérapie n'est pas pour autant d'une thérapie miraculeuse pour tous les cancers, même si la recherche se poursuit notamment au Japon, où les cancérologues s'intéressent à l'intérêt potentiel de l'hadronthérapie dans les tumeurs volumineuses du bassin et des membres.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum