Vaccin HPV : quel danger ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vaccin HPV : quel danger ?

Message  MARIELEA le Dim 13 Oct - 20:28

Pour améliorer l’efficacité de la vaccination contre les papillomavirus, le Haut Conseil de santé publique préconise désormais la vaccination des jeunes filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage pour les 15-19 ans non encore vaccinées. Depuis 2007, la vaccination était, en France, recommandée à partir de 14 ans. Les enquêtes révèlent que l’on est encore bien loin de l’objectif initial de 95 % de couverture vaccinale. L’un des freins à la vaccination est la crainte, toujours présente dans la population, d’effets indésirables du vaccin, notamment de possibles effets neurologiques ou auto-immuns.

Une étude vient d’être réalisée en Suède et au Danemark et les résultats sont plutôt rassurants. Elle repose sur les registres de données de ces deux pays et concerne près d’1 million de jeunes filles âgées de 10 à 17 ans, parmi lesquelles près de 300 000 (environ 30 %) ont reçu au moins 1 dose de vaccin quadrivalent, plus de la moitié de ces dernières ayant reçu les 3 doses, soit près de 700 000 doses distribuées entre 2006 et 2010.

Au total 53 effets secondaires prédéfinis ont été recherchés. Aucun lien n’apparaît entre la vaccination et d’éventuels problèmes neurologiques. Il n’existe pas non plus de lien entre la vaccination et la survenue d’accidents thrombo-emboliques. En ce qui concerne les maladies auto-immunes, sur les 40 pathologies auto-immunes prédéfinies, 23 ont été signalées au moins 5 fois. Mais pour 20 d’entre elles aucun lien significatif n’est retrouvé avec la vaccination. En première analyse, un lien pourrait toutefois exister en la vaccination et 3 de ces maladies auto-immunes : la maladie de Behçet, la maladie de Raynaud, et le diabète de type 1.

Toutefois, un examen plus précis des données oblige à nuancer cette possible association. Le signal de risque obtenu s’avère en effet très faible pour les 3 pathologies, eu égard au nombre de doses reçues. De plus, les auteurs précisent qu’en réalité aucune relation temporelle ne peut être affirmée entre le vaccin et l’apparition des effets secondaires. Ils estiment que ces données devront être confirmées par une surveillance à plus long terme et dans des populations dont la couverture vaccinale serait plus étendue.
Entre 2006, date de la mise sur le marché, et 2011, environ 120 millions de doses de vaccin anti-papillomavirus bivalent ou quadrivalent ont été distribuées à travers le monde.


Dr Roseline Péluchon

Arnheim-Dahlström L et coll. : Autoimmune, neurological, and venous thromboembolic adverse events after immunisation of adolescent girls with quadrivalent human papillomavirus vaccine in Denmark and Sweden : cohort study. BMJ 2013;347:f5906. doi: 10.1136/bmj.f5906.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum