Pas d’augmentation du risque de cancer du sein liée au THS en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pas d’augmentation du risque de cancer du sein liée au THS en France

Message  MARIELEA le Ven 27 Sep - 18:54

Le volet « prospectif » de l’étude MISSION (destinée à préciser la morbimortalité liée à l’utilisation d’un traitement hormonal substitutif de la ménopause THS) a démarré en France le 5 janvier 2004 et s’est terminé le 31 décembre 2012. Il a permis de comparer l’incidence du cancer du sein chez plus de 4 000 femmes dont les unes étaient exposées à un THS (en cours ou arrêté depuis moins de 5 ans) et les autres n’en avaient jamais pris ou l’avaient arrêté depuis plus de 5 ans. Sur les 12 années de suivi, il n’a pas été constaté de différence significative pour l’incidence du cancer du sein entre les femmes exposées au THS et les autres.


Dr Dominique-Jean Bouilliez

De Reilhac P, et coll. Breast Cancer incidence, long time HRT exposure and gynaecologist : the new results of the MISSION study. 10ème congrès de la Société Européenne de Gynécologie, Bruxelles, 18-21 septembre 2013. Poster 35.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pas d’augmentation du risque de cancer du sein liée au THS en France

Message  MARIELEA le Ven 27 Sep - 18:55


Les données épidémiologiques concernant l'incidence du cancer du sein issues du réseau Francim (BEH septembre 2012) montrent chez les femmes de 50 à 74 ans une augmentation de l'incidence annuelle (en Taux Standardisé Mondial) de 0,6 %/ an de 1990 à 1996. Entre 96 et 2003 de 4,7 %/an et une baisse de 3,9 % à partir de cette date jusqu'à 2008.
Les autres classes d'âge ne sont pas concernées.
Par ailleurs la prescription de THM est passée de 23 % de femmes en 96(elle était très faible avant cette date) à 9 % en 2003 .
Aucun autre facteur de risque n'est venu s'ajouter ou régresser durant cette période. Le développement du dépistage mammographique joue un rôle indiscutable dans l'augmentation d'incidence qui concerne aussi bien les In situ que les infiltrants. Mais le surdiagnostic n'explique pas l'augmentation puis la décroissance des cancers agressifs qui ne porte que sur les hormonodépendants.
Seule les modifications d'exposition au THM peuvent intervenir. D'autres études ont montré que ce phénomène a touché tous les pays industriels .
Les niveaux de preuve épidémiologiques associées aux RCT (WHI et HERS) sont donc très élevés et ne peuvent être démentis par une seule étude.

Alain Siary

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum