Activité physique et cancer: insister, insister, insister…

Aller en bas

Activité physique et cancer: insister, insister, insister…

Message  MARIELEA le Mar 16 Juil - 11:54

je suis sure de cela: durant les traitements, je faisais du sport: vélo, marche, qi gong... et je confirme que ceci m'a permis de vivre les traitements sans effets secondaires.. (hormis la perte des cheveux)..
Voici un article récent qui met de l'eau à ce moulin..alors, chaussez vos baskets:sunny: 

L'activité physique a été étudiée à trois niveaux en cas de cancer : en cours de traitement, après celui-ci et en phase palliative. Pratiqué de manière régulière en cours de traitement (radiothérapie, chimiothérapie, post-chirurgie), l'exercice physique améliore de manière significative la fonction cardiaque et la force musculaire comme l'a démontré la méta-analyse de 17 essais randomisés réalisés en la matière. « Cerise sur le gâteau »: la fatigue est nettement et significativement améliorée par l'activité physique et non l'inverse comme d'aucuns pourraient le croire, et l'incidence des dépressions moindre.

Après traitement, l'exercice physique (marche à allure soutenue durant 7 heures par semaine) réduit la mortalité totale de 36 %. Lorsque cet exercice est effectué de manière intensive, la réduction du risque est de 61 %! Et, si ce bénéfice est lié à l'amélioration de la mortalité cardio-vasculaire, l'essentiel du bénéfice est lié à la réduction des récidives.

Un essai spécifique a pu démontrer que la pratique d'un effort physique modéré à intense durant au moins 5 jours par semaine réduit de 30 % la mortalité par cancer du sein. En cas de cancer colorectal, cette réduction est de 50 % lorsque l'effort physique est pratiqué durant au moins 6 heures par semaine. De plus, la morbidité est très nettement réduite: moins de lymphoedème, réduction de la cardiotoxicité de la chimiothérapie, amélioration de la fonction immunitaire, réduction du risque d'ostéoporose,…
Enfin, en cas de traitements palliatifs, la pratique d'un exercice physique réduit la fatigue, améliore l'humeur et l'appétit.
On n'a pas encore d'explication physiopathologique formelle de ces bénéfices, mais les experts s'accordent à stigmatiser l'effet positif sur le poids (et l'on connaît la relation péjorative poids/cancer), l'action positive sur les hormones sexuelles, l'insuline et l'insuline growth factor, ainsi que sur les marqueurs inflammatoires.


Dr Dominique-Jean Bouilliez

Campbell A : Chronic and late effects: how physical activity can help. CancerWorld 2013 ; 54 : 39-44.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum