Reconstruction immédiate après mastectomie pour cancer du sein : quels résultats à long terme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reconstruction immédiate après mastectomie pour cancer du sein : quels résultats à long terme ?

Message  MARIELEA le Jeu 23 Avr - 23:26

Publié le 02/10/2008
On sait que la reconstruction immédiate (RI) après mastectomie pour cancer du sein (KS) présente des avantages multiples : esthétique ( choix de l’emplacement de la cicatrice), économique (une seule intervention), et psychologique, le tout sans retarder les traitements adjuvants, ni exposer à plus de récidives locales. Mais qu’en est-il du résultat à long terme ?

Pour le savoir, une équipe danoise a repris les dossiers de 145 malades (opérées entre 1994 et 2001). Vingt-trois d’entre elles avaient eu une mastectomie bilatérale. Au total 168 reconstructions immédiates ont été réalisées pour des KS infiltrants (n=115), des lésions pré-malignes ou des mastectomies prophylactiques.

L’étude s’est focalisée sur l’incidence des complications tardives (apparition de coques, vieillissement ou déplacement de la prothèse, nécrose de lambeau, contractures de grade 3 etc.)

Diverses techniques de reconstruction ont été utilisées en conservant toujours la peau (mastectomie sous-cutanée) en fonction du siège et de la taille des tumeurs, et du souhait des patientes :

-reconstruction par expansion tissulaire (prothèse gonflée progressivement grâce à une valve sous-cutanée), remplacée 2 mois après l’expansion par une prothèse de gel de silicone (82 cas)
-lambeau musculo-cutané de grand dorsal avec ou sans prothèse (30 cas)
-lambeau musculo-cutané de grand droit pédiculé ou libre (33 cas).

L’incidence des complications varie avec la technique. Après expansion tissulaire, 19 femmes (23 %) ont dû être réopérées une fois et 9 (11 %) plus d’une fois, l’indication la plus fréquente de la réintervention étant une contracture de la coque de grade 3 ou plus. Les reprises sont plus rares après transplantation de lambeaux, mais ont quand même été nécessaires chez 7 opérées (11 %). La présence d’une prothèse (y compris dans les lambeaux utilisant le grand dorsal) augmente significativement le risque de réintervention.

La radiothérapie postopératoire en revanche ne modifie pas l’incidence des complications.
Quant au risque de récidive locale ou de décès, il est corrélé à l’agressivité du KS (taille, nombre de ganglions positifs) et non à la technique.

La reconstruction immédiate est donc carcinologiquement sûre, mais les complications à distance sont à redouter, notamment quand on a mis en place une prothèse.

Dr Jean-Fred Warlin
Strålman K et coll. : Long-term outcome after mastectomy with immediate breast reconstruction. Acta Oncologica 2008;47:704-8.

_________________
" On se lasse de tout, excepté d'apprendre." Virgile
avatar
MARIELEA
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum