Un composant du persil et de la camomille rend les cellules cancéreuses mortelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un composant du persil et de la camomille rend les cellules cancéreuses mortelles

Message  ALINEA le Mar 28 Mai - 19:47

Un composant du persil et de la camomille rend les cellules cancéreuses mortelles
Persil, céleri, pomme, orange, noix : tous ces aliments ont en commun l’apigénine. Ce composé, de la famille des flavonoïdes, sous-famille des flavones, pourrait permettre de réduire le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées qui suivent un traitement hormonal de substitution. C’est ce que suggère une étude publiée dans le journal Cancer Prevention Reseach.

Les chercheurs de l’Université du Missouri ont mené une série d’essais cliniques sur des rates exposées à une progestérone synthétique, utilisée dans les traitements hormonaux substitutifs et connue pour ses effets cancérigènes. Ils ont évalué l’effet de l’apigénine sur le cancer du sein en donnant ce composé à une partie des rattes.

Verdict : le taux de cancers associés à la progestérone synthétique est réduit de 50 % chez les rates ayant reçu de l’apigénine. Par ailleurs, l’apigénine freine la croissance du cancer.

Comment agit l’apigénine ? Selon les auteurs, ce composé bloquerait la croissance endothéliale vasculaire qui est indispensable pour le développement du cancer.

On trouve de l'apigénine notamment dans le persil, le céleri, le kumquat, la menthe, l'origan, le rutabaga, le thé.
Les chercheurs de l’université de l’Ohio ont cherché les cibles potentielles de l’apigénine dans la cellule. Ils en ont ainsi identifié 160, parmi lesquelles une protéine particulièrement importante dans la progression des cancers : l’hnRNPA2 (heterogeneous nuclear ribonucleoprotein A2). Cette protéine contrôle une étape importante dans la formation des ARN messagers (ARNm) : l’épissage.

L’ARNm est une molécule produite à partir de l’ADN et contenant toutes les instructions pour construire une protéine. L’épissage consiste à assembler différents fragments entre eux pour donner l’ARNm. Or, un épissage dit « alternatif » peut modifier les instructions présentes dans l’ARNm final. C’est ce qui se passe dans des cellules cancéreuses, notamment pour une protéine particulière, la caspase-9.

Les cellules cancéreuses résistent à la mort programmée (apoptose) qui est normalement activée par les caspases. Une forme de la caspase-9, qui résulte d’un épissage alternatif, voit sa quantité augmenter dans les cellules malignes.

Comment l’apigénine agit-elle au niveau moléculaire ? Les chercheurs ont montré que l’apigénine s’associe à la hnRNPA2, et perturbe l’épissage alternatif. L’addition d’apigénine permettrait donc de rétablir un épissage normal de la caspase-9. Grâce à l’apigénine, les cellules cancéreuses redeviennent mortelles !

L’apigénine appartient à la grande famille des flavonoïdes qui sont connus pour leurs bénéfices pour la santé. En plus de leur activité anti-cancéreuse, les flavonoïdes ont des effets anti-allergiques, anti-microbiens, anti-viraux et anti-inflammatoires.

Source

Arango D, Morohashi K, Yilmaz A, Kuramochi K, Parihar A, Brahimaj B, Grotewold E, Doseff AI. Molecular basis for the action of a dietary flavonoid revealed by the comprehensive identification of apigenin human targets. Proc Natl Acad Sci U S A. 22 mai 2013.source: Lanutrition
avatar
ALINEA


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum