Les Français optimistes pour la lutte contre le cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Français optimistes pour la lutte contre le cancer

Message  ALINEA le Mer 24 Oct - 16:06

Les Français pensent les progrès à venir les plus importants concerneront le dépistage et le diagnostic, plus que les traitements.

Par damien Mascret - le 24/10/2012

Un sondage Ipsos pour la Fondation ARC montre que deux Français sur trois pensent en avoir un, un jour, mais 71 % pensent aussi que le cancer sera vaincu dans vingt ans.
A priori, la gravité du cancer ne fait pas de doute dans l'esprit des français: deux sur trois estiment courir un risque important d'en avoir un, un jour, selon l'enquête Ipsos présentée mardi par la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer. Ils sont aussi deux sur trois à penser que les principaux progrès à venir, dans les dix ans, viendront du dépistage et du diagnostic alors qu'un sur trois seulement mise sur la prévention ou les traitements. Pour le président de l'ARC, Jacques Raynaud: «les gens comprennent que le cancer est grave, mais on ne sait pas jusqu'à quel points ils intègrent l'importance de la prévention puisqu'ils se laissent aller à des comportements à risque».

Tabac, alcool, obésité, manque d'activité physique, les facteurs de risque de cancer sont pourtant connus. Mais les français semblent curieusement tourner le regard ailleurs. «C'est étonnant, remarque le Pr Agnès Buzyn, présidente de l'Institut du cancer (Inca), car s'il y a un effort à faire pour les Français, c'est dans la prévention. Un cancer sur trois serait évitable par un changement de comportement.»

Tous les cancers ne seront pas guéris

L'optimisme est cependant de rigueur puisque 71 % des Français pensent que l'on saura guérir le cancer d'ici vingt ans. Pour Jacques Raynaud, les progrès sont déjà là: «Il y a quinze ans on ne guérissait qu'une personne sur trois ayant un cancer, aujourd'hui on peut guérir une personnes sur deux, mais bien sûr cela dépend des cancers». Car parler du cancer en général est une simplification abusive: «On ne peut plus parler du cancer», renchérit le Pr Agnès Buzyn, «il existe des milliers de cancers. Pour le sein, par exemple, il y a plus de dix cancers différents». Pour la présidente de l'inca, «les Français sont à la fois optimistes et réalistes. Car d'ici vingt ans, certains cancers seront guéris mais tous ne le seront probablement pas», tempère-t-elle.

Plus étonnant enfin, l'enquête montre que selon les Français, ce n'est pas des traitements que viendront les plus grands progrès dans les dix prochaines années mais du dépistage et du diagnostic. «Plus tôt on dépiste et plus on a de chance de guérir, reconnaît Jacques Raynaud. Mais on sait que c'est surtout une bonne prévention qui peut réduire sensiblement les nouveaux cas qui surviennent chaque année.»
source: le figaro
avatar
ALINEA


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum